Archives de Tag: Europe

C’est forcément bien, être progressiste?

462 députés ont voté pour la résolution, 7 contre et 2 se sont abstenus.

J’ai été très étonné en lisant cette proposition de résolution émanant du groupe socialiste, finalement votée hier en séance publique : au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, et de l’harmonisation des législations européennes, a été reconnue la clause dite "de l’Européenne la plus favorisée", qui consiste à chercher à épouser les législations européennes jugées les plus progressistes en matière de droit des femmes, pour les appliquer à toute l’Europe. Une manière bien curieuse d’envisager le respect de la souveraineté des Etats-membres! Lire la suite

25 Commentaires

Classé dans Europe, Société

Election européenne : toujours l’échec

parisienL’élection européenne qui vient de se dérouler en France n’a pas seulement permis une forme de recomposition du paysage politique français, avec un score très élevé de l’UMP et d’Europe écologie et une déroute pour le PS et le MoDem, mais aussi de montrer que 25 ans après, ce scrutin n’est toujours pas européen. Quel échec! Lire la suite

19 Commentaires

Classé dans Europe, Politique

Cohn-Bendit VS Bayrou, vous avez dit ignominies?

cohnbenditMerci au jdd. fr de nous avoir reprécisé les phrases sujettes à caution écrites par Daniel Cohn-Bendit dans le Grand Bazar (1975), rappelées de manière un peu étrange et bien peu opportune, hier soir sur France 2 au cours d’un débat houleux. La flèche émanait de François Bayrou, visiblement de fort méchante humeur après la publication de sondages le plaçant en quatrième position pour les élections de dimanche… juste derrière les listes d’Europe écologie. Lire la suite

18 Commentaires

Classé dans Europe, Politique

La démocratie, uniquement quand ça nous arrange?

JM Le Pen a de nouveau dérapé, mercredi au Parlement européen.

JM Le Pen a de nouveau dérapé, mercredi au Parlement européen.

Nos chers démocrates ont réalisé avec stupeur, voici quelques semaines, que le leader d’un FN en voie de disparition, Jean-Marie Le Pen, risquait bien, s’il est réélu, de présider la première session du Parlement européen qui sortira des urnes le 7 juin. En effet, la règle est ainsi faite que c’est toujours le doyen des députés qui occupe le perchoir, le temps de procéder à la désignation du président en titre de l’assemblée. Toujours? Non, sauf si le doyen ne nous convient pas! Lire la suite

14 Commentaires

Classé dans Chafouinage, Politique

Aubry-Royal : les grands principes à l’épreuve des élections

Martine Aubry et Ségolène Royal avaient toutes les deux des grands principes. Rénovation du parti pour le premier secrétaire du PS, pression constante sur l’appareil et guerilla interne dans l’attente de 2012 pour Ségolène Royal. Principes allègrement foulés au pied par les deux rivales, facticement réconciliées sur l’autel des élections. Lire la suite

6 Commentaires

Classé dans Europe, Politique

Quand vont-ils se mettre à bien voter, ces idiots d’Irlandais?

Et voilà, ça y est. Je pensais que nos dirigeants auraient la décence de s’abstenir d’une telle ineptie, d’une telle hérésie démocratique. Je pensais que c’était une blague, une incantation. Mais non : on pense bien à faire revoter les Irlandais sur le Traité de Lisbonne, qu’ils ont rejeté en juin à 53,4%. Et ce, jusqu’à temps qu’ils donnent la bonne réponse!

Je ne m’étendrais pas sur les raisons objectives qui peuvent justifier qu’on sorte du marasme dans lequel l’Union européenne se trouve. Et qu’on abandonne les règles étouffantes du traité de Nice, valables pour une Europe à 15 et non à 27. Car cela, c’est le problème de ceux qui depuis Maastricht, construisent une Europe envers et contre tout bon sens. Elargissent à gogo avant d’approfondir, et après, se plaignent que les traités ne soient plus applicables. L’Union est devenue un monstre, il faudra bien s’en apercevoir, tôt ou tard.

Après le double refus français et néerlandais, en 2005, elle était au fond du gouffre, condamnée à une existence a minima. Et il a fallu concocter un nouveau traité. On a repris le même, un brin retouché, "retoiletté" comme on dit, et en moins formel. On a fait avaler cette couleuvre aux Français, aux Néerlandais, qui n’ont pas bronché ou si peu. Chez nous, on aurait déjà pu trouver scandaleux qu’on nous fasse voter de nouveau : même pas! On a ratifié le traité par voie parlementaire. Mais puisqu’on te dit que la constitution l’autorise, coco! C’est dé-mo-cra-tique.

Face au refus Irlandais, et alors que 25 des 27 Etats (moins, donc, l’Irlande et la République Tchèque) ont ratifié ce traité, les Européens ont beau jeu de pointer du doigt les incohérences irlandaises : soit vous quittez l’Union, soit vous votez de nouveau. On a évidemment incité Brian Cowen, le premier ministre irlandais, à choisir la première seconde solution, en entourant ce nouveau dispositif référendaire de précautions en béton pour être sûr que cettes fois, ces paysans arriérés votent enfin dans le bon sens. On va abandonner le principe selon lequel il y aurait moins de commissaires européens que d’Etats (l’idée de cette réforme étant de considérer qu’un commissaire représente l’Union, et pas son Etat d’origine), alors que celui-ci est inscrit noir sur blanc dans le traité. On va également rédiger des dispositions annexes au traité où on rassurera les Irlandais sur certains thèmes qui leur sont chers, tels que le droit à la vie ou la fiscalité. Dispositions qui ne serviront à rien d’autre, bien entendu, qu’à illusionner nos amis irlandais.

Et hop! le paquet sera emballé. Brian Cowen fait encore mine de réserver sa décision, mais de fait, on s’oriente vers un vote en octobre 2009. Et pour amuser la galerie, le premier ministre irlandais feint encore de réclamer des garanties d’ici le mois de juin.

Elle est pas belle, la vie?

Pour conclure, et au-delà du scandale démocratique que représente un nouveau vote, Jean Quatremer fait bien de pointer du doigt le risque d’une telle manoeuvre et la "jurisprudence" que cela peut créer : "Les citoyens auront désormais la tentation de toujours voter non pour obtenir ce que leurs représentants n’ont pu négocier. L’Union risque donc de devenir ingouvernable: par exemple, entre le refus irlandais de toute harmonisation fiscale et sociale et la volonté française de parvenir à une telle harmonisation, on se demande sur quelle base pourra se faire un compromis, compromis qui sera toujours jugé insuffisant. Bref, le prix à payer pour un hypothétique oui irlandais risque d’être très lourd."

Poster un commentaire

Classé dans Europe

Un Villepiniste au gouvernement!

Bruno Le Maire, 39 ans, succèdera donc à Jean-Pierre Jouyet au titre de secrétaire d’Etat aux affaires européennes. Nul n’ignore que le député UMP de l’Eure fait partie du carré de fidèles de Dominique de Villepin, dont l’avenir politique est de plus en plus compromis, avec en plus l’épée de Damoclès de Clearstream au-dessus de la tête…

Bruno Le Maire, c’était le conseiller politique de Villepin au quay d’Orsay, place Beauvau, puis son directeur de cabinet à Matignon. C’est lui qui est réputé avoir écrit son fameux discours devant le Conseil de sécurité de l’ONU au sujet des projets d’invasion américaine en Irak, en 2003. C’est également l’auteur d’un livre passionnant qui avait été ici chroniqué, Des Hommes d’Etat, qui racontait très finement, de l’intérieur, le quotidien du pouvoir et des rivalités entre Chirac, Villepin et Sarkozy de 2005 à 2007, avec en toile de fond, notamment, le CPE et la crise des banlieues. Un livre qui ne ménageait pas Sarkozy…

Il est d’ailleurs comique de voir l’ancien bras droit de Villepin (qui n’a plus le droit de le voir en vertu du contrôle judiciaire de DDV) rejoindre Sarkozy au moment où l’ex-leader de l’UNEF aujourd’hui membre de la direction du PS (comme tous les anciens leaders de l’Unef, non?), Bruno Julliard, se répète en racontant que Sarkozy l’avait assuré de son soutien au moment de la lutte estudiantine et lycéenne contre le contrat première embauche, qui avait scellé les ambitions du premier ministre de l’époque.

Pendant que le PS n’en finit plus de se déchirer, pendant qu’Aubry et Royal continuent de règler leurs comptes, Sarkozy organise donc sa propre opposition, en maintenant sa politique d’ouverture. On le voit sur le travail dominical, où le débat a de fait lieu au sein de la majorité, la gauche n’étant plus que l’ombre d’elle-même. L’objectif est de faire croire que toutes les sensibilités politiques sont dan sle gouvernement alors qu’on voit bien que sur certains dossiers, tels que le travail dominical, l’exécutif est prêt à passer en force et à ignorer les oppositions internes.

La prise de Bruno Le Maire est des plus belles pour le chef de l’Etat, mais ne nous y trompons pas : elle ne doit pas nous cacher les tentatives de déstabilisations d’autres députés villepinistes, tels que l’élu de l’Hérault, Jean-Pierre Grand, dont la circonscription pourrait être coupée en deux afin de l’éjecter en douceur.

Elle ne doit pas nous cacher l’entreprise de cadenassage de l’UMP, dont les clefs ont été confiées au "chouchou" Xavier Bertrand, qui aura pour mission de faire taire les mécontents, ce que Devedjian n’avait pas réussi (ou pas voulu) à faire. Et ce que Jean-François Copé ne fait pas non plus au sein du groupe à l’assemblée. Sarkozy peut compter sur Bertrand pour contrer Copé, sachant que les deux rivaux "quadras" de la droite tournent tous deux leurs ambitions vers 2017.

Tout se joue donc, de fait, à droite. On ne peut décidément que compter sur les rivalités, pour que vive le débat dans notre pays?

Poster un commentaire

Classé dans Europe, International, Politique

L’Union européenne fait tout pour qu’on la déteste

On avait envie d’évoquer le cadeau empoisonné de Nicolas Sarkozy à Patrick Devedjian, qui hérite d’un hochet pour mieux se faire dépouiller de la direction de l’UMP. Envie également de railler la constitution du nouveau bureau national du PS, dont la composition "moitié femmes moitié hommes, et 20% de membres "aux couleurs de la France" est d’un ridicule sans nom : on ouvre la porte aux gadgets politiquement corrects, mais on la ferme aux sensibilités différentes, à savoir les proches de Royal.

Mais un sujet plus grave nous préoccupe, dont la Lettre volée s’est fait l’écho à la suite de Backchich : l’Europe continue avec obstination à vouloir périodiquement se tirer de nouvelles balles dans le pied, histoire de bien freiner sa marche en avant. Histoire d’être sûre de ne servir à rien. Bref, l’Union européenne fait tout pour qu’on la déteste et qu’on cesse de croire en elle, si ce n’était pas déjà fait.

De quoi s’agit-il, cette fois? Un rapport des services du commissaire européen à l’élargissement, publié début novembre, préconise d’accélérer le processus d’adhésion de nouveaux Etats membres, dans le but de parvenir rapidement à une Europe à 35. Huit pays sont visés : la Turquie, bien sûr, la Macédoine, la Croatie, la Serbie, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, et pourquoi pas le Kosovo!

Il y a encore cinq ans, avant l’élargissement de mai 2004, l’Europe comptait 15 pays membres. On a englobé dix Etats de l’est d’un coup en 2004, d’un seul, avant d’en intégrer deux autres autres (Roumanie-Bulgarie) en 2007. Entretemps, l’Union européenne a montré ses limites : faut de réussir à définir ensemble un objectif commun, c’est la zizanie. Les échecs du TCE puis du mini-traité en sont la preuve. L’union européenne a cessé de faire rêver en-dehors du cénacle des élites bienpensantes. Et on voudrait persévérer dans cette voie suicidaire? Continuer de privilégier le nombre à la qualité, alors que l’expérience montre que c’est un désastre?

Une seule chose compte pour les auteurs du rapport : s’élargir pour s’élargir, avec un fond de bisounoursisme en arrière-plan. "Enlargement is one of the EU’s most powerful policy tools. It serves the EU’s strategic interests in stability, security, and conflict prevention", écrit-on. Ainsi donc, élargissons-nous aux Balkans, pour assurer la paix et la stabilité dans cette région. Etendons-nous à la Turquie pour ancrer ce pays dans l’Occident. Et demain, proposons cela aux pays du Caucase, pourquoi pas? A l’Arménie, à la Géorgie? Et en Afrique, pourquoi pas le Maghreb? Et soyons fous, tentons notre chance au Proche-Orient! Après tout, cela pourrait empêcher les méchantes guerres de prospérer…

Au-delà de cet emportement romantique qui sert de prétexte officiel, Backchich voit une autre justification plus terre-à-terre à cette fuite en avant : "Les auteurs du rapport soulignent aussi l’aubaine économique et commerciale que représente un élargissement de l’Europe à huit nouveaux pays. Intégrer les Balkans et la Turquie, c’est repousser très loin les frontières du supermarché intérieur et du libéralisme… Peu importe de savoir comment articuler le fonctionnement politique d’une Europe à 35. Ce n’est pas le propos de la Commission à l’élargissement. Quant au fait que le traité de Lisbonne censé garantir le bon fonctionnement d’une Europe à 27 ne soit pas encore validé par tous les États membres, cela figure comme le cadet de ses soucis."

Sans compter les quelque 7,5 milliards d’euros gaspillés distribuées généreusement à ces pays, entre 2007 et 2001, afin de les aider à se préparer à nous rejoindre!

Quelle entreprise accepterait de nouvelles commandes avant d’être certaine de disposer d’une gestion correcte de son activité présente? C ommençons par définir convenablement le cadre avant de vouloir élargir la famille!

Un commentaire

Classé dans Europe

L’incroyable morgue de l’Occident

De quelle légitimité dispose l’Occident dans le bras-de-fer étonnant qu’il a engagé avec la Russie? Et surtout, de quelle crédibilité? A force de défendre ses intérêts en se parant d’une morale à géométrie variable, ses arguments juridiques comme politiques ne tiennent plus, preuve d’un affaiblissement considérable de l’influence des pays de l’Otan. 

La loi du plus fort s’applique assez bien en matière de relations diplomatiques, basées sur un soi-disant droit international qui n’existe que dans l’imagination de quelques idéalistes dont la plupart besognent à l’ONU. Et dans celle des profs de droit. Alors que les Etats-Unis haussent le ton vis-à-vis de la Russie, qui a reconnu officiellement comme Etats indépendants les territoires géorgiens sécessionnistes de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie, hier, Bernard Kouchner envisageait l’hypothèse de sanctions européennes contre l’ancien empire des Tsars. On aimerait savoir de quelles sanctions on parle, pour rire.

Sans vouloir donner raison aux Russes (peut-on avoir raison ou tort en la matière?), ceux-ci ne font que défendre leur sphère d’influence, après avoir été titillés pendant  des années en Europe de l’Est et dans le Caucase par des Américains un peu trop gourmands, qui ont cru trop vite que la fin de la guerre froide leur donnerait les mains libres sur toute la planète. Après avoir un tantinet chatouillés dans leur orgueil national par les ralliements systématiques à "l’ouest", l’installation de bases militaires dans leurs anciens satellites… On pouvait lire à ce sujet une très bonne analyse dans le dernier numéro de Marianne, l’hebdomadaire estimant que la guerre froide étant terminée et bien terminée, en dépit des fantasmes, le monde en était revenu "à ce qui a toujours fait l’histoire avant les idéologies : l’affrontement des grandes puissances, leurs rivalités économique et leurs aires d’influence, leur affrontement à leurs marches, et parfois, leur choc frontal, lorsque leurs opinions s’enflamment et que la raison s’épuise dans leurs capitales".

Parler de la Russie comme d’une "hors-la-loi internationale", comme le fait Kouchner, évoquer des sanctions pour la punir, est donc d’un grotesque inimaginable. Quid des sanctions contre les Etats-Unis après l’invasion illégale de l’Irak? Quid des sanctions contre les pays de l’Otan ayant bombardé la Serbie et fait tomber Milosevic en 1999? Quel est ce deux poids, deux mesures, consistant à revendiquer l’intégrité territoriale de la Géorgie sur le droit des peuples ossètes et abkhazes à disposer d’eux mêmes, alors qu’on avait tenu le discours diamétralement opposé en direction du Kosovo l’année dernière? Il ne faut pas se plaindre de conséquences incontrôlables, une fois qu’on a ouvert la boîte de Pandore des nationalismes.

Surtout, il est très imprudent de se revendiquer d’une forme de morale universelle, quand de fait, on ne l’utilise qu’à son unique avantage, en en refusant systématiquement aux autres le bénéfice. Je n’irais pas jusqu’à affirmer, comme le fait brillamment Malakine, que l’Occident se cherche là un nouvel ennemi, afin de masquer à son peuple ses propres turpitudes, quoique la thèse soit séduisante.

 La véritable question est : l’Occident a-t-il les moyens de ses ambitions? Peut-il continuer à dire ce qui est bien ou pas, en se voilant la face sur sa propre puissance? Peut-il se permettre une opposition frontale avec le premier producteur mondial de pétrole et grand fournisseur de gaz?

Il y a tout à parier qu’en dehors des gesticulations de Bernard Kouchner et Condoleeza Rice, cette histoire de sanctions, probablement d’origine polonaise ou balte, ne soit qu’une grosse blague destinée à montrer les muscles. A répondre à Dmitri Medvedev, qui assurait lundi que le cas géorgien devait constituer "un avertissement pour tous". Et à éviter ainsi une contagion à la Moldavie (Transnistrie), à l’Ukraine (Crimée).

L’Histoire jugera, bien sûr. Mais jusqu’ici, la morgue occidentale ne semble pas bien plus convaincante que celle qui avait été déployée au sujet de la Chine et du Tibet.

Poster un commentaire

Classé dans International

Pour une Europe plus proche et plus démocratique

C’est absolument incroyable que l’on soit contraint, plus d’un demi-siècle après l’avènement d’une forme d’Union européenne, de s’interroger sur ce que nous souhaitons pour le continent. Un peu comme si après l’Europe de la diplomatie, de l’intergouvernemental, devait s’ouvrir, enfin, l’ère de l’Europe des citoyens.

Quoi qu’on pense des raisons qui ont amené à ces votes, il aura fallu le double non français et néerlandais de 2005, puis le non irlandais de la semaine dernière pour un arriver à cette réflexion : non, la construction européenne n’est pas figée, et elle ne doit pas forcément s’envisager comme le font nos dirigeants depuis une vingtaine d’années. Oui, une autre Europe est possible, et même souhaitable. Oui, il faut réfléchir et se creuser la tête, plutôt que de continuer à insulter les peuples comme le fait par exemple sans cesse l’élitiste Maître Eolas, qui ne doute jamais de rien et surtout pas de lui-même.

Force est de constater que depuis la chute du mur de Berlin, qui a coïncidé, peu ou prou, avec le début de la globalisation des échanges économiques, l’Europe a un doute évident sur son identité, sur ce qu’elle doit être. Alors que dans le même temps, avec notamment Erasmus, il n’y a sans doute jamais eu une conscience européenne aussi forte au sein de la jeunesse!

D’aucuns estiment qu’il il y a là le signe d’une crise des valeurs. Et ils n’ont sans doute pas tort. Mais si l’on s’en tient au politique, on voit bien que depuis une bonne dizaine d’années, notre vieille Europe fait tout et surtout n’importe quoi : les élargissements successifs, sans intérêt majeur autre que le symbolique, ont freiné l’émergence de l’Europe que l’on pouvait attendre, à savoir une Europe politique. C’était une faute majeure, quasi impardonnable. Mais une erreur qu’on est sur le point de reproduire puisque d’autres adhésions sont envisagées.

A ce titre, je suis très proche de la vision d’Authueil. Il faut savoir ce qu’on veut : si on désire une Europe qui prenne des décisions supra-gouvernementales, si on veut être plus efficace et être forts à plusieurs, il faut absolument que le citoyen n’y perde pas au change. Il faut donc d’abord que les procédures de décision soient plus simples, mieux expliquées, plus démocratiques. Toréador s’essaie par exemple à proposer un nouvel équilibre entre les institutions. Je suis désolé, mais ni le TCE, ni le Traité de Lisbonne, ni même les traités antérieurs ne sont satisfaisants sur ce point : l’essentiel des pouvoirs est dans les mains de la commission, composée de types cooptés d’après des critères qui m’échappent. Où est leur légitimité? Il faut retravailler là dessus, c’est incontournable.

Ensuite, il faut que les institutions et l’Europe en général soit plus visible, et pas seulement sur les plaques de chantier, à la case financement : pourquoi l’Union ne communique-t-elle pas d’avantage? Quand on voit ce que les collectivités françaises mettent comme paquet en terme de com’, pour tout et n’importe quoi, on se dit qu’un continent pourrait peut-être s’y mettre. Comme dit Emmanuel Raveline, "si un pouvoir trop présent peut être impopulaire, rien ne radicalise plus qu’un pouvoir trop abstrait et trop incompris".

On accuse souvent les Etats-membres, et particulièrement la France, de constamment se défausser sur l’Europe. Mais n’est-ce pas également vrai dans l’autre sens? Pourquoi sur la question des énergies, les gouvernements doivent-ils faire le sale boulot? Pourquoi, lorque les pêcheurs se rendent à Bruxelles, le commissaire européen leur envoie-t-il son directeur de cabinet?

Enfin, il faut qu’on arrive à d’avantage de référendums européens, pour sortir du réflexe national. Il faut aussi ne pas se bloquer à l’unanimité : si certains Etats veulent aller plus loin que d’autres, qu’ils y aillent! Si l’Irlande veut patienter, eh bien qu’elle patiente. Tant qu’on ne sortira pas de la logique "les 27 ou rien", on n’y arrivera pas.

Poster un commentaire

Classé dans Europe