Quelle société voulons-nous pour l’après 2012?

Même si ce blog est en léthargie avancée, et que je ne peux dire quand il en sortira, je ne pouvais pas ne pas relayer cette initiative résumant en quelques images – et de belles images, puisque la vidéo est très bien réalisée – le message des évêques à l’occasion de ces élections qui se profilent dans quelques semaines. Election présidentielle, d’abord, puis élections législatives.

Les évêques ne donnent pas de consigne de vote, et j’allais dire, encore heureux : ce n’est pas leur rôle, et ils veulent rester ferment d’unité. Ainsi, ils respectent la liberté de chacun. Néanmoins, il s’expriment de manière très forte sur un certain nombre de sujets, dans un document que vous avez peut-être lu, et qui a été publié au mois d’octobre : « Elections, un vote pour quelle société? »

La question résume le point de vue des évêques : au-delà des polémiques, des « musulmans d’apparence », de la « méprisance » et des taxes à 75%, quelle société voulons-nous voir demain dans notre pays? Quelle société voulons-nous transmettre à nos enfants? Que voulons-nous, exactement, en matière de famille, de justice, d’éducation, de politique de banlieues, de politique extérieure, de politique d’accueil de la vie, de sa naissance jusqu’à son terme?

Il est du devoir de chaque chrétien mais au-delà, de tout citoyen, de réfléchir à ces enjeux. Les évêques offrent une grille de réflexion, un série d’éléments de discernement. A chacun de chercher, là-dedans, ce qui lui paraît le plus important. Mais ce qui me séduit, dans ce document, c’est que les évêques, contrairement aux candidats, nous y parlent sans arrière pensée : ils parlent « à la conscience du citoyen, pas à son instinct », rappelle Nicolas Mathey.

De manière plus générale, cette vidéo est un épisode de plus de la prise des conscience, par les catholiques, de la nécessité de s’engager politiquement, de prendre position. Dans un contexte troublé, il n’est plus temps de regarder les trains passer.

Personnellement, je trouve que ce document, s’il n’appelle pas à voter pour quelqu’un, en élimine deux de facto : Marine Le Pen, pour son discours outrancier consistant, perpétuellement, à désigner des boucs-émissaires et à se replier, au lieu de s’ouvrir et de chercher la concorde; et François Hollande, dont la proposition sur l’euthanasie, si elle était retenue, nous ferait immédiatement basculer dans un autre type de société.

Lire aussi sur ce même sujet Edmond, Koz, et Henry Le Barde.

About these ads

11 Commentaires

Classé dans Politique

11 réponses à “Quelle société voulons-nous pour l’après 2012?

  1. Henry le Barde

    On sent l’expérience : lancer un petit appeau à troll en dernier paragraphe, quel talent :)
    Bon, je ne rebondirai pas là-dessus, étant assez d’accord avec toi (même si tu oublies d’autres candidats, mais peut-être était-ce implicite) pour réagir sur un autre point.
    Quel que soit le candidat élu, l’engagement politique prendra tout son sens le soir du 6 mai. En particulier, si Hollande est élu, les chrétiens du PS devront se bouger pour éviter la catastrophe annoncée et ceux de l’UMP (ou de droite, plus généralement) devront prendre leurs places parmi celles qui vont se libérer, en vue de proposer une alternance crédible en 2017.
    Si Sarkozy est réélu, il faudra voir ce qu’il donne comme Président non candidat à sa réélection – ce qu’il est depuis 2007. Je suis assez curieux de voir… En tout état de cause, il y aura également des places à prendre en vue de 2017.

  2. René de Sévérac

    « lancer un petit appeau à troll en dernier paragraphe ».
    Voilà qui a marché.
    Ayant voté « révolutionnaire » toute ma vie, je garde ce principe et voterai sans complexe pour celle qui semble « éliminée de facto » sans espoir (évidemment, mais avec regret) de voir son programme appliqué : on reparlera de cela en 2017 après … non, je me tais pour ne pas démoraliser.

  3. @Henry

    Non, non, ce n’était un appeau à rien, juste un constat! Mais en effet, pour l’euthanasie, j’aurais pu ajouter Joly et Mélenchon. Inconsciemment, j’ai dû les prendre pour quantités négligeables :-)

    Sinon, eh bien je souscris à tes remarques. Sachant qu’il n’y a pas que des places à prendre, mais surtout un message de fond à faire passer autour de soi. C’est ça qui me paraît le plus important : la capillarité.

    @René

    Je ne vois pas de qui vous parlez :-)

  4. Les mesures sur les taux d’imposition peuvent toujours être modifiées avec une alternance. En revanche, celles sur les questions sociales, comme l’euthanasie, personne ne reviendra dessus après, il faut en être conscient.

  5. Yogui-Yogi ?

    Un « type de société » est-il déterminé par une loi sur l’euthanasie étendant à la marge la loi existante ? Est-ce bien cela qui détermine les grands équilibres sociétaux et la destinée de la nation ? C’est là-dessus que vous jouez l’avenir du pays alors que, avec 90% des sondés en faveur de ce changement, les français ont déjà de fait « basculé dans un autre type de société », aussi incompréhensible, barbare et exotique que peut l’être l’outre Quiévrain.

  6. merci d’avoir relayé ce doc, à titre perso il m’avait échappé

  7. Pingback: Des observateurs catholiques dans tous les bureaux de vote | Pensées d'outre-politique

  8. @Xerbias

    Tout à fait!

    @le parisien libéral

    Tant mieux, alors!

    @Yogui

    je pense que ça en dit long sur l’état d’une société. Comme disait JP II, on mesure le degré de civilisation d’une société à l’attention qu’elle porte aux plus faibles ». En passant du laisser-mourir au faire-mourir, on accepte l’idée de meurtre légalisé. Et on change de regard sur les malades.

    Quant à vos 90% de sondés, ce sondage ne signifie rien : selon la question posée, on fait dire très facilement l’inverse : en réalité, les gens ignorent quasi tout de la loi Leonetti. cf cet autre sondage : http://plusdignelavie.com/?p=1127

  9. hs4020

    Auriez-vous avez sorti votre blog de sa léthargie pour faire un teasing de votre billet du 1 avril ?

  10. Euh…non, meme pas!

  11. Zebulon

    « Personnellement, je trouve que ce document, s’il n’appelle pas à voter pour quelqu’un, en élimine deux de facto : Marine Le Pen, pour son discours outrancier consistant, perpétuellement, à désigner des boucs-émissaires et à se replier, au lieu de s’ouvrir et de chercher la concorde »
    On peut donc également éliminer Nicolas Sarkozy…

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s