La libération d’Asia Bibi en bonne voie

Asia Bibi

Voilà une très bonne nouvelle : d’après la British Pakistani Christian Association (BPCA), qui s’est beaucoup investie dans cette affaire, la condamnation à mort d’Asia Bibi pour blasphème, que nous évoquions ici-même vendredi, a été suspendue par le président pakistanais, Asif Ali Zardari. Selon la BPCA, elle pourrait être remise en liberté rapidement : "Asia Bibi is now free from the threat of hanging and we have been told it is highly likely she will be set free (Asia Bibi est désormais libérée de la menace de la pendaison et on nous a dit qu’il était hautement probable qu’elle soit libérée)", écrit Wilson Chowdhry sur le site de la BPCA.

Jeudi, le ministre pakistanais en charge des minorités, Shahbaz Bhatti, lui-même catholique, avait demandé une nouvelle enquête et un examen équitable de l’appel formé par la famille de la jeune femme, qui devait être examiné par la Haute cour de Lahore, la plus haute juridiction de la province du Pendjab, d’où est originaire Asia Bibi.

D’après Christian Today, le gouverneur du Pendjab lui-même, Salman Taseer, après avoir rendu visite à Asia Bibi dans sa geôle et avoir examiné l’affaire, a été convaincu qu’il n’y avait pas eu de blasphème et a signé la pétition demandant sa grâce.

Si cette perspective de grâce et de libération est bien sûr une très bonne nouvelle, elle ne doit pas masquer le fait que cette détestable loi anti-blasphème reste en vigueur au Pakistan, malgré un lobbying qui n’est d’ailleurs pas le fait uniquement des chrétiens, mais aussi de musulmans, tels que Muhammad Aslam Khaki, un avocat dont Natalia dressait hier le portrait sur son blog.

L’affaire Asia Bibi fait beaucoup de bruit en raison de l’injustice évidente de l’accusation portée contre elle, et de la radicalité de la sanction prononcée à son encontre : la mort par pendaison. Mais d’autres chrétiens restent menacés par ce texte révoltant, utilisé comme arme de répression contre les chrétiens. Comme Martha Bibi, une femme de 45 ans et mère de 6 enfants, qui a été accusée de blasphème en 2007 par un imam qui ne voulait pas lui régler une somme qu’il lui devait. Elle est toujours dans l’attente de son jugement par la cour d’appel de Lahore. Et comme tant d’autres, qui sont abattus sous ce prétexte avant tout jugement.

About these ads

28 Commentaires

Classé dans International, Religion

28 réponses à “La libération d’Asia Bibi en bonne voie

  1. Il suffit d’une poignée de personnes pour sauver l’honneur d’une nation. Ceci étant comme vous le dites il reste beaucoup à faire encore.

  2. Yogi

    Je crois que je préfère ne pas commenter ces affaires de lois anti-blasphème sinon ça va dégénérer.

  3. Gwynfrid

    La liberté religieuse et la liberté d’expression impliquent la liberté de blasphémer. Il nous a fallu très longtemps pour l’admettre, et encore cette notion est-elle toujours indigeste pour beaucoup d’entre nous, Français. Il faudra encore du temps pour que cette idée soit universelle.

    Une affaire comme celle-ci, si elle se conclut heureusement, contribue à faire avancer, lentement, les choses dans un pays comme le Pakistan (mot qui signifie "pays des purs", ce qui montre à quel point on part de loin). On ne peut que s’en réjouir, mais avec modération, car le chemin sera encore long.

  4. @Gwynfrid

    Je considère qu’on n’a jamais le "droit" d’insulter la religion de quelqu’un, mais la notion de blasphème est trop floue pour qu’on puisse l’utiliser juridiquement.

    L’affaire Asia Bibi a montré au monde entier qu’on avait franchi une limite au Pakistan, mais il reste à convaincre le pouvoir que ce n’est pas l’abus dans son application qu’il faut sanctionner mais ce texte qu’il faut supprimer. Comme vous dites il va falloir rester patient!

    @Yogi

    Restez calme ! :-)

    @Podarcis

    Et il suffit d’une minorité de tarés pour plonger un pays dans l’obscurantisme! Malheureusement…

  5. @gwynfrid :" La liberté religieuse et la liberté d’expression impliquent la liberté de blasphémer"

    Certes. Le respect et l’amour du prochain peuvent également conduire à ne pas faire ou dire n’importe quoi pour le plaisir d’être prétendument "libre".

    La liberté est une notion positive :
    personnellement j’ai du mal à voir quel bien objectif peut ressortir de l’attaque ou la ridiculisation d’une foi ou d’une croyance. N’est-ce pas une vision bien réductrice et bien pauvre de la liberté?

    Donc en ce sens, si le blasphème consiste en cela, je suis pour son interdiction, à condition évidemment que celle-ci concerne les blasphèmes de toutes les croyances, et non pas d’une seule.

  6. @laloose

    Cette interdiction existe semble-t-il en Irlande. Le problème, au Pakistan, c’est que c’est utilisé uniquement comme une arme contre une minorité…

  7. Gwynfrid

    @ Chafouin: ma constatation ci-dessus à propos de nos difficultés de digestion est donc avérée. :-)

    Ce n’est pas tant que la notion de blasphème est floue. Elle ne l’est pas. C’est qu’elle est relative à la religion concernée: la religion est seule légitime à définir le blasphème. Par conséquent, interdire le blasphème est incompatible avec la liberté de religion.

    @ Laloose: "personnellement j’ai du mal à voir quel bien objectif peut ressortir de l’attaque ou la ridiculisation d’une foi ou d’une croyance. N’est-ce pas une vision bien réductrice et bien pauvre de la liberté? "

    Je suis bien d’accord sur ce point mais je rejette la conclusion que vous en tirez. Le droit ne peut consister à interdire tout ce qui ne va pas dans le sens du bien objectif ! Cela serait la négation de toute liberté, et en particulier, la liberté de faire le bien n’aurait plus aucun sens dans ces conditions.

  8. @Gwynfrid

    "Interdire le blasphème est incompatible avec la liberté de religion."

    Chez nous, le blasphème pourrait juste être une des "injures publiques" sanctionnées par la loi… Je comprends bien votre constat sur le fait que seule la religion peut définir ce qu’est un blasphème. Mais moi, chez nous, je vois plus le blasphème dans les unes de Charlie Hebdo, par exemple. C’est plus un manque de respect qu’une parole qui serait une critique de la religion ou une hérésie par rapport à un dogme donné.

    Je ne vois pas pourquoi, au final, on serait sanctionné quand on est soi-disant raciste, ou antisémite, et pas quand on appelle publiquement à l’euthanasie d’un pape, par exemple.

    Mais ceci nous emmène vraiment très loin du sujet pakistanais… Là-bas, c’est une religion ultra-majoritaire et une religion d’Etat qui impose une loi anti-blasphème…

  9. Yogi

    @ Le chafouin : Ok je vais essayer de rester calme ;-)
    Il me semble que l’appel à l’euthanasie d’un pape, tout comme l’attaque de personnes selon leur race, nation ou religion, vise des individus et ne relève donc pas du "blasphème" mais des menaces publiques, injures ou que sais-je.

    Le blasphème est une toute autre affaire : c’est l’interdiction de critiquer une opinion qui s’est auto-désignée comme inattaquable. La démarche même est stupide, puisqu’on peut penser que Dieu reconnaîtra les siens, que seul Son jugement vaut et que Sa sanction sera terrible. Où est la menace pour les croyants ? La Vérité est-elle si fragile qu’une couverture de Charlie Hebdo puisse la faire vaciller ?

    De plus il faut identifier quelles sont les opinions qui ont droit à ce privilège exorbitant et celles qui en sont privées, ce qui revient à établir une liste de "religions d’état" dont les dogmes sont reconnus par la Loi.

  10. @Yogi

    Mais c’est bien pour ça que je ne suis pas pour une loi anti-blasphème… Mais pour le respect des personnes et des religions. De la mêe façon qu’on ne peut pas injurier ou diffamer une asso, une personne, un groupe quelconque, je ne vois pas pourquoi on pourrait le faire s’il s’agit d’une religion.

  11. Yogi

    Je suis pour le respect des groupes, pas des opinions.

    Attaquer les "chrétiens" me paraît répréhensible. Attaquer ce en quoi ils croient me paraît tout à fait légitime.

    Attaquer les communistes ou les libéraux me paraît répréhensible. Attaquer le communisme ou le libéralisme me paraît tout à fait légitime.

  12. cilia

    Chafouin,

    Et qu’est-ce que le respect des croyants et des religions ?

    Et tu ne réponds pas à deux arguments essentiels, selon moi.
    Celui de Gwynfrid sur la liberté religieuse et celui de Yogui sur l’absence de menace qu’un propos critique sur une religion fait peser réellement sur les croyants concernés.

  13. Gwynfrid

    Ça n’arrive pas très souvent: @ Yogi: +1.

    @ Chafouin: le blasphème ne peut être une injure publique sanctionnée par la loi, car, comme le dit fort bien Yogi, il ne s’adresse pas à des personnes mais à des idées. Un appel à l’euthanasie d’un pape, d’ailleurs, n’est pas un blasphème puisque cela n’attaque pas la religion mais bien la personne du pape. C’est pour cela que c’est répréhensible, soit à titre d’injure, soit à titre de menace de mort.

  14. @Yogi

    Mais je suis tout à fait d’accord avec çai : il importe de respecter les personnes même si on attaque leurs convictions. ET nulle opinion n’est inattaquable. Encore faut-il que ça se fasse entre gens civilisés…

    @Cilia

    "Et qu’est-ce que le respect des croyants et des religions ?"

    C’est le respect qui selon moi doit être due à toute personne, dans la façon de s’adresser à lui, de le qualifier, etc. La religion est quelque chose qui touche à l’intime, à la croyance en un Dieu, tout cela est très complexe et à la fois très sensible, on touche à la mort, à la vie, à l’éternité… Il faut donc aborder ces questions de manière posée. On ne va pas refaire le débat sur la laïcité "positive" que j’appelle de mes voeux, mais c’est un peu la même idée : qu’on essaie de dépassionner tout ça.

    Je ne réponds pas à leurs arguments? Disons que je pense qu’on se trompe de débat. On parle au départ d’une chrétienne menacée de mort pour blasphème, on dérive sur pour ou contre l’interdiction du blasphème en France alors que personne ici n’y est favorable.

    Donc je veux bien y répondre… Mais j’ai l’impression qu’on ne parle pas de la même chose, et je me demande où cela nous mène…

    @Gwynfrid

    "le blasphème ne peut être une injure publique sanctionnée par la loi, car, comme le dit fort bien Yogi, il ne s’adresse pas à des personnes mais à des idées."

    Je sais bien, c’est pour cela que mon premier commentaire visait à dire que le blasphème n’existe pas, chez nous, en France, ce qui est heureux puisqu’en effet, ce serait impossible à définir : c’est ce que je voulais dire par "la notion de blasphème est trop floue pour qu’on puisse l’utiliser juridiquement".

    Et c’est pour cela également que j’ai parlé d’injures. L’équivalent du blasphème chez nous, ce pourrait être ça, et uniquement ça. La limite, c’est quand on s’en prend aux personnes.

    Mais là, on parle en termes juridiques! J’en reviens donc à mon premier commentaire : on n’a jamais le "droit" (et là je parle de morale) d’insulter les autres, y compris leur religion. Je ne parle pas de remettre en cause des dogmes, ou ce genre de chose. Je parle du manque de respect que j’entends chez certains. Je ne sais pas, au hasard, quand on parle de la Vierge Marie et la naissance de Jésus, j’entends parfois des choses qui me hérissent le poil. Qu’a-t-on besoin d’être vulgaire, de choquer? Quand on insulte ainsi un personnage clef d’une religion, on insulte les gens qui la vénèrent.

    J’ajoute que c’est totalement inutile. La Vierge n’intentera aucune action en justice. On se fait donc plaisir à peu de frais.

    Là encore, il n’est pas question d’interdire quoi que ce soit. Juste d’utiliser son intelligence. Suis-je trop exigeant envers mes contemporains?

  15. Yogi

    @le chafouin : "Quand on insulte ainsi un personnage clef d’une religion, on insulte les gens qui la vénèrent." C’est là où nous ne sommes plus d’accord, et où pour moi vous dérapez. Vous associez la croyance à l’individu, et partant de là c’est la fin.

    Voyez votre altercation avec la bande de Stéphane Lamart : vous avez attaqué des concepts qui leur sont sacrés, vous avez tourné leurs principes en dérision, c’était pour eux largement aussi violent que pour vous une attaque contre la vierge. Plus même sans doute, car pour eux votre mépris touche des êtres vivants qui leur sont des proches.

    Alors où passe la limite ? Comment pouvez vous vous moquer du massacre des pigeons et demander qu’on respecte votre propre vision du sacré ?

  16. @Yogi

    Je commence à vous connaître : j’étais persuadé que vous utiliseriez cet argument.

    Deux réponses s’imposent :

    1/ je ne suis pas parfait.

    2/ je m’en suis pris aux méthodes de ce monsieur et de son association (ne citez pas son nom, malheureux! :-) il va revenir nous menacer!), que je trouvais pathétique. A aucun moment je n’ai dit qu’il était idiot de défendre les animaux, ni que les défenseurs des animaux étaient des crétins. ça me parait à mille lieues d’insulter Ste Marie sur de sa virginité.

  17. Yogi

    @Le chafouin : C’est cool, on va bientôt pouvoir monter un spectacle en duo ! ;-)

    Mais quand vous disiez "Ils s’indignent de ce que la Justice ne montre pas plus en empathie avec la « détresse des animaux ». Fichtre ! Au départ, j’ai cru à une blague." ou bien "Elle dit stop au massacre des pigeons, par exemple. Combat ô combien d’actualité, tant il est crucial de sauver ce volatile en voie de disparition." c’est bien la finalité et la légitimité même de leur combat que vous railliez.

    Il semble que vous ne parveniez plus à voir le sacré par d’autres yeux que les vôtres. Si un animal est l’égal d’un être humain, vos commentaires de l’époque sont scandaleux et révoltants. Si Sainte Marie est un personnage de roman, moquer sa virginité est une blague parfaitement inoffensive et banale.

    D’ailleurs le terme "insulter" ne s’utilise que pour des personnes réelles, pas pour des œuvres de fiction.

  18. @Yogi

    Vous pensez réellement qu’ironiser sur la lutte pour la défense des pigeons est à mettre sur le même plan qu’une croyance religieuse? A votre aise.

    Pour ma part, je n’ai à aucun moment attaqué les défenseurs des animaux, mais je me suis fichu des méthodes et du discours d’une association. ça n’a rien à voir avec attaquer un symbole auquel croient des gens.

    @Pierre-Aelred

    Merci pour l’info! ça demande à être confirmé, tout de même, car je ne vois pas l’info reprise ailleurs pour le moment.

  19. Barbara

    Chafouin
    Il est certain que pour quelques personnes, les animaux "sont des êtres humains comme les autres". Je ne trouve pas d’autres mots pour exprimer le contenu de leur croyance. On peut effectivement mettre cela en parallèle avec une religion. C’est leur religion.

  20. Gwynfrid

    @ Chafouin: le parallèle de Yogi n’est pas si mauvais. En tout cas, les réactions desdits défenseurs des animaux montraient, si je me souviens bien, qu’ils étaient au moins aussi choqués par votre humour au sujet de leur association que vous pourriez l’être par une quelconque blague sur la virginité mariale.

    De plus, si vous voulez mettre à part les convictions religieuses, comme méritant une protection et un respect particuliers par rapport à d’autres idées, cela vous oblige à définir ce qu’est une religion. Et cela, de même que la définition du blasphème, ne peut pas être du ressort de l’État, du moins pas si on souhaite préserver la liberté de religion.

    Donc je me range ici aussi aux côtés de Yogi: le droit doit protéger les personnes contre l’injure, pas les idées, ni les symboles qui les représentent.

  21. @Gwynfrid

    "Et cela, de même que la définition du blasphème, ne peut pas être du ressort de l’État, du moins pas si on souhaite préserver la liberté de religion.

    Donc je me range ici aussi aux côtés de Yogi: le droit doit protéger les personnes contre l’injure, pas les idées, ni les symboles qui les représentent."

    Vous noterez que depuis le départ je n’ai jamais parlé d’un droit que l’État devrait préserver. J’ai dit que personne n’avait moralement le droit d’être dans l’outrance et d’attaquer ce qui est cher aux yeux des autres. Si j’ai été trop ironique envers les défenseurs des animaux, je le regrette car ce n’était pas mon objectif. je l’ai d’ailleurs exprimé. J’ai discuté avec ces gens qui ont été blessés, j’ai cherché à leur expliquer ma vision des choses, pas d’asséner des insanités. J’ajoute que les insultes sont bien plus venues d’eux que de moi…

  22. Gwynfrid

    "Vous noterez que depuis le départ je n’ai jamais parlé d’un droit que l’État devrait préserver."

    Exact. Vous vous êtes placé sur le plan de la morale. Plan sur lequel nous sommes d’accord. Le fait que je défende la liberté de blasphémer, comme consubstantielle de la liberté de religion, ne signifie pas que je trouve le blasphème moralement acceptable.

  23. Bon ben nous sommes d’accord en fait!

  24. La situation paraît très embrouillée :

    Zénit annonce annonce la libération d’Asia Bibi, alors qu’Eglises d’Orient dit le contraire.

    C’est à ne plus rien comprendre!

  25. Oui, rien n’est fait encore ! As-tu lu l’info de CNN ?
    Peux-t-on y accorder du crédit ?
    http://goo.gl/OaBhG

  26. Pingback: Le courage de Shahbaz Bhatti | Pensées d'outre-politique

  27. Pingback: Ne laissons pas tomber Asia Bibi | Pensées d'outre-politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s