Les Français accros à la pornographie?

pornoLes résultats d’une enquête menée par l’Ifop pour le compte du groupe de films X Marc Dorcel ont été rendus publics hier : on apprend dans cette première grand sondage sur le sujet que grâce à la "démocratisation" consécutive à l’avènement du web et des télés câblées, les femmes ont "enfin" accès au porno. Mieux : celui-ci est une affaire de couple, et non plus une "expérience honteuse et solitaire". Pour autant, les Français ne semblent pas avoir complètement perdu la boule, puisque seuls 21% des sondés estiment qu’il s’agit d’un spectacle sain. Et les enfants, dans tout ça?Des résultats paradoxaux. A lire les résultats du sondage réalisé par l’Ifop au sujet du ressenti des Français par rapport aux films X, on constate que ceux-ci sont très nombreux à les regarder, femmes comprises, mais que pour autant, ils ne sont pas dupes sur ce qu’est réellement le porno. Ils sont nombreux à avouer que les films X ont une incidence sur leur sexualité… mais clament que le porno ne représente pas une sexualité normale! C’est à se taper la tête contre les murs.

Jugez plutôt : si l’âge moyen du premier visionnage reste élevé (24 ans), 89% des sondées reconnaissent avoir déjà regardé un film X. Pour les hommes, c’est 97%… Plus étonnant : 57% des sondés expliquent en voir déjà regardé en couple. 36% ont fait l’amour devant un film X, et 44% jugent que ces spectacles ont un impact positif sur leur désir. Plus étonnant, on s’aperçoit que la consommation de films X serait plus importante chez les personnes en couple (48%) que chez les célibataires (45%). Celle-ci ne serait donc pas considérée comme un palliatif, voire comme un exutoire, mais bien comme un dopant? Or ce qui est paradoxal, c’est que 59% des personnes interrogées n’en jugent pas moins ces films "ridicules", et la même proportion estiment qu’ils sont même "dégradants", ce qui entre nous, est à peu près ma position. 21% seulement les estiment sains, ce qui signifie a contrario que 79% les trouvent "malsains".

Alors, quoi? Cela veut donc dire clairement que les Français s’imposent de regarder un spectacle qui au plus profond d’eux-mêmes, les dérange, pour le seul motif qu’en même temps, cela dope leur désir! Autrement dit, chacun est bien conscient que le porno, c’est mal, mais que ça fait du bien.

Ce qui est assez paradoxal, également, c’est cette réflexion relativement hypocrite : 84% des sondés se rassurent, en cochant la case "oui, ce spectacle est éloigné des pratiques courantes". Chez les moins de 35 ans, ils sont 81% à reconnaître que les films X ne représentent pas la réalité de ce que sont les relations sexuelles! Et pourtant, toc, ils sont 29% des hommes (contre 5% des femmes) à regarder un film X au moins une fois par mois. Une statistique qui monte à 43% chez les hommes de moins de 35 ans.

De la à penser qu’il y a accoutumance au porno, il y a un pas que je franchis allègrement, et sans complexe, puisque le principal vecteur de diffusion des films X est le web gratuit (45%), loin devant Canal +(35%) et les DVD (22%). La dépendance au porno s’installe, même s’il est difficile de la chiffrer précisément. Notons simplement que cette dépendance est jugée par les spécialistes comme similaire à l’attachement à l’alcool ou aux drogues dures. Êtes-vous indemne? Vous pouvez toujours faire le test

L’institut de sondage parle de "banalisation", de "décomplexion" et de "démocratisation". Forcément, Dorcel cherche à faire comme s’il vendait des petits pains. Comme s’il fallait s’en réjouir, comme s’il s’agissait d’un droit à préserver, alors qu’il s’agit ni plus ni moins d’un produit qui enrichit une industrie puissante. Et qui vend des produits de plus en plus trash, qui entérinent une vision de la sexualité dans laquelle la femme est ravalée au rang d’objet. Un objet qui doit se soumettre au désir de l’homme, qui peut être violentée, humiliée, si ça le chante.

Bien sûr, tous les articles que j’ai lus sur le sujet, hier et ce matin, traitent l’information de façon légère, sans aucune distance, comme si on parlait d’une chose anodine, d’un sujet insolite. L’enquête entretient en revanche un silence poli sur l’impact de la pornographie sur les mineurs. Forcément, puisqu’ils leur sont théoriquement interdits! Pourtant, dans cette enquête de l’Express, on pouvait lire que 75% des garçons ont déjà vu un film X un peu avant 10 ans. Qu’au collège, on parle désormais de fist fucking et de gang bang au lieu d’évoquer pudiquement la fleur et les choux. Et dans cette autre enquête du Figaro, on note que la violence sexuelle concerne la moitié des délits impliquant les mineurs. Gageons que le lien de cause à effet entre les deux n’est pas si évident à démontrer. Mais tout de même : la désinvolture avec laquelle un adulte répond que oui, bien sûr, ce spectacle n’est pas la réalité, est-il vraiment à la portée d’un gamin de 12 ans?

Ces gamins, qui grandissent dans une société hypersexualisée, où la pornographie est de plus en plus violente, ont-ils vraiment les clefs pour vivre un jour une sexualité épanouie et pleinement respectueuse de l’autre? On peut en douter. Et c’est un sujet que s’abstient bien sûr d’aborder cette enquête, qui n’est autre qu’une étude de marché, et qu’on veut nous présenter comme un sondage à visée sociologique.

La réponse que nous feront tous les libéraux de service, de droite et de gauche réunis, est déjà connue : l’adulte est responsable, on n’a pas à juger. Il s’agit d’un choix libre. Oui, bien sûr. Un choix libre et responsable. S’il veut se rincer l’œil, c’est son droit. Et ils remettront la question des mineurs sur le dos de l’éducation. Bien sûr! C’est vrai que lorsqu’on constate une "banalisation" chez les adultes, cela va vraiment dans le sens d’une éducation saine des enfants. Non, mon fils, va te coucher, la dame qui crie sur la télé, c’est que pour papa!

About these ads

35 Commentaires

Classé dans Société

35 réponses à “Les Français accros à la pornographie?

  1. Bon tu décris ma pensée dans ton dernier paragraphe. J’y rajouterais une chose, soit tu coupes les serveurs et à ce moment là tu ne donnes pas des leçons de démocratie et de libertés à la Chine (entre autre), soit tu interdit (!) tout cela en France et le net se chargera de mettre un grand coup de pied dans ton interdiction…

    La seule et vraie réponse reste l’éducation, oui. Point barre. Papa qui regarde la télé seul, oui, c’est exactement cela, de tout temps, il y eut des choses à faire entre adultes, et pas en famille !

  2. koz

    On devrait déjà relativiser le sondage du seul fait qu’il est commandité par l’industrie du porno. Quant à l’âge moyen, c’est intéressant mais il est évident qu’il y a une proportion notable de personnes qui sont exposés à ces films bien plus jeunes et souvent contre leur volonté mais parce que c’est comme ça, par curiosité, et puis ça ferait coincé du cul de refuser. Si j’en juge par mon propre cas, l’âge de 24 ans me fait doucement rigoler, sachant que je n’étais pas le premier à me jeter là-dessus.

    Seb, l’argument de l’éducation, c’est bien mignon, mais c’est pipeau. La meilleure éducation du monde n’empêchera pas un ado d’aller voir. Et quand tu te prends la vision de certaines scènes dans la tronche, je crains que ça n’influence bien davantage un adolescent que le discours de ses parents (de toutes façons un peu à l’Ouest puisque ce sont des parents et que, déjà, ils ne veulent pas l’autoriser à sortir après 22 h).

    Cela fait aussi l’impasse sur tous ces jeunes dont les parents sont démissionnaires. Est-ce à eux de payer la démission de leurs parents ? Il y a eux, d’une part, et puis, parce que ce genre de choses, ça se fait à deux (dans un scénario classique), il y a leurs partenaires. Celles (généralement, ce sont des filles) auxquels ils demanderont certaines pratiques banalisées par les films. Et dans le pire des cas, cela peut provoquer une sexualité complètement désaxée et violente, de ceux qui se laissent persuadés que les filles disent non mais n’attendent qu’une chose : qu’on les force un peu.

    Là, le jour où cela arrive à ton gamin, à ta fille, tu nous reparleras de l’éducation. La tienne, elle aura eu une super éducation mais, pas de bol, pas le mec d’en face. C’est ballot, hein ?

    Autre sujet : la question du désir. A-t-on vu question plus con que celle-là ? Oui, évidemment, passer un film porno, ça provoque le désir. Mais (i) est-ce vraiment le désir de son partenaire et (ii) il me semble qu’on a passé des pornos à des animaux (chevaux, gorilles) pour les encourager à se reproduire. Il n’est pas complètement déconnant d’avoir plus d’ambition pour notre humanité.

  3. Adrien

    @Chafouin

    "l’âge moyen du premier visionnage reste élevé (24 ans)"
    "75% des garçons ont déjà vu un film X un peu avant 10 ans"
    => Mathématiquement, ce n’est pas impossible, mais dans la vraie vie, il y a très certainement une erreur quelquepart …

    "comme s’il s’agissait d’un droit à préserver, alors qu’il s’agit ni plus ni moins d’un produit qui enrichit une industrie puissante."
    Je ne vois pas le problème le scandale qu’est sensé révéler cette phrase. On peut dire la même chose d’internet, avec les FAI dans le rôle de l’industrie puissante. Et pareil pour beaucoup d’autres choses.

    @Koz
    "Cela fait aussi l’impasse sur tous ces jeunes dont les parents sont démissionnaires. Est-ce à eux de payer la démission de leurs parents ?"

    Malheureusement, oui. Parce que, concrètement, il n’y a pas des millions de choix : soit on laisse les parents éduquer leurs parents (et tant pis pour les démissionnaires), soit on confie intégralement l’éducation à l’état (et tant pis pour les bon parents. et le Meilleur des Mondes, nous voilà). C’est triste, mais dans le premier cas, l’état ne peux pas faire grand chose que des recommandations sur l’éducation (porno interdit aux moins de 18ans, mais les parents font ce qu’ils veulent de cette interdiction) et rattraper les pots cassés (tribunal …).

    Mais si vous avez des alternatives, je suis preneur …

  4. Emmanuel M

    "Jugez plutôt : si l’âge moyen du premier visionnage reste élevé (24 ans), 89% des sondés reconnaissent avoir déjà regardé un film X, un chiffre qui n’est “que” de 50% si on ne parle que des femmes. "

    Au risque de passer pour un individu terre-à-terre et trop centré sur les maths, je dirais que la principale révélation de ce sondage est que a société est constitué de moins de 22% de femmes.

    Voila qui doit expliquer le machisme ambiant :)

  5. Chafouin, j’ai du mal à saisir ton incompréhension (faussement naïve ?) : "chacun est bien conscient que le porno, c’est mal, mais que ça fait du bien."

    Oui, ça s’appelle faire la différence entre un fantasme et la réalité… Mais ça, effectivement, seul un adulte équilibré en est capable. Pas un enfant pour qui tout ce qui est visible est la réalité. Pas un ado pour qui tout ce qui va à l’extrême, tout ce qui va à l’encontre des interdits posés par les adultes doit être tenté !

    Oui, l’accès à ce genre de spectacle doit être limité. Mais intelligemment… Plus facile à dire qu’à faire ! L’interdiction pure et simple ne fonctionne pas, il n’y a qu’à voir ce qui se passe en Chine, ce qui s’est passé aux US lors de la prohibition… Le contrôle des ados pour éviter les dérives irréparables (et laisser certaines dérives se faire quand même, pour leur développement) est toujours très difficile. L’éducation joue beaucoup, oui. Mais elle ne se fait pas pour l’essentiel à l’adolescence, elle se joue bien avant déjà…

  6. josépha

    Je pense pour ma part que interdire et laisser les parents éduquer ne sont pas contradictoires: il faut bien sûr faire les deux! Si la société est laxiste et complaisante à ce niveau-là, les parents auront du mal à éduquer leurs enfants sur le porno. Si la société est stricte là-dessus, il y aura bien sûr des moyens de contourner l’interdiction (internet etc.), mais globalement il est évident que les gens en regarderont moins! C’est comme pour le cannabis: on interdit et point barre, comme ça les gens sont quand même globalement protégés.

  7. je lis, je lis, et forcément, un moment je me pose la question: que veux tu dire:
    "ce qui entre nous, est à peu près ma position"?

    je vous rejoins sur l’analyse de celui qui commande, et le faux sens de la responsabilisation. Rien n’est anodin, surtout pas ça!

  8. @Seb

    Jepense que Josepha a totu dit lorqu’elle te répond que "Si la société est laxiste et complaisante à ce niveau-là, les parents auront du mal à éduquer leurs enfants sur le porno."

    je ne parle pas d’interdiction, car je pense que c’est utopique. Je dis que si le discours ambiant était un peu moins complaisant vis à vis du porno et du sexe (il suffit de voir le ton des articles sur le sujet, mais aussi, plus largement, du ton des émissions de variété et compagnie, qui ne tournent quasiment que autour du sexe), la tâche des parents serait plus facile.

    Pourquoi, si c’est bien si j’ai 18 ans, ce n’est pas bien si j’ai 17 ans, hein? C’est pour ça que comme Koz, je trouve ta position gentillette mais vraiment naïve.

    D’autant que la loi est la loi : le code pénal interdit de montrer des images pornos oux mineurs. Interdit que celles-ci soient même visibles par eux. Donc la plupart des tabacs-presse sotn en infraction, mais tout le monde s’en fout. Un peu comme les commerces qui ouvrent le dimanche. On s’en fout, on ne fait rien. Et après, on ose m’imposer de respecter la loi et les limitations de vitesse sur la route? Je le dis : à quoi sert la loi, dans ce cas là?

    @Koz

    "On devrait déjà relativiser le sondage du seul fait qu’il est commandité par l’industrie du porno"

    C’est ce que je voulais dire en précisant que c’est plus une étude de marché qu’un sondage d’opinion.

    "Il n’est pas complètement déconnant d’avoir plus d’ambition pour notre humanité"

    C’estexactment ça. Je suis déçu de voir autant de gens considérer comme intéressant pour leur libido un spectacle affligeant et simplement animal.

    @Emmanuel M.

    En réalité, vous faites bien d’intervenir car je me suis trompé, en réalité, c’est "89 % des sondées disent avoir déjà visionné un film X". Donc 89% des femmes.

    @Adrien

    24 ans, ça me paraît très tard, je n’y crois pas du tout. D’autant que seuls les majeurs ont été interrogés. Mais peut-être les plus âgés font-ils augmenter la moyenne?

    Cela dit, ces deux stats ne proviennent pas du même sondage.

    "Je ne vois pas le problème le scandale qu’est sensé révéler cette phrase"

    Ce que je veux dire, c’est qu’entre le porno et les FAI, on ne parle pas tout à fait de la même chose. Le type qui nous parle de démocratisation est celui qui vend la chose! Banalisation est un mot qui convient mieux. Dans démocratisation, il y a l’idée que c’est "bien". Or en fait, ça se banalise parce que le lobby qui existe derrière a tout fait pour nous faire baisser la garde et faire passer son produit pour banal, alors qu’il ne l’est absolument pas.

    @Tigreek

    Quand j’écris "chacun est bien conscient que le porno, c’est mal, mais que ça fait du bien", j’entends : "chacun sait que c’est mal, et pourtant tout le monde le fait". Je veux dire que la question essentielle, c’est de savoir si c’est bien ou mal, pas de savoir si ça nous fait du bien ou si ça nous excite. Or si on réfléchit un peu, le porno donne une image déformée de la sexualité, ce qui a forcément une influence sur ce que nous sommes etce que nous faisons. ça peut carrément dérouter le jeune public. Et ça peut aussi avoir une incidence sur les couples, mais ça, personne ne voudra l’admettre.

    Donc en fait, le seul argument valable qui reste pour défendre cette horeur, c’est la liberté sexuelle. C’est bien mince. Mais cette liberté estsacrée depuis 1968. Dans un autre registre, c’et sun peu comme si on disait que même si conduire alcoolisé est dangereux, on préfère quand même préserver la sacro-sainte liberté de pouvoir boire quand on veut.

    Et si je suis philosophiquement pour (ça se voit…) l’interdiction pure et simple, je sens confusément que ça ne prendrait pas. Mais il existe des moyens pour faire en sorte delimiter la casse. Or on ne fait pas grand-chose à ce sujet. Rien du tout, même.

    @David

    Tu es désopilant, toi, non? ;)

  9. Adrien

    @Emmanuel M

    "Au risque de passer pour un individu terre-à-terre et trop centré sur les maths, je dirais que la principale révélation de ce sondage est que a société est constitué de moins de 22% de femmes."

    En fait, pas du tout. On a un problème avec une inconnue de trop. On ne peut donc rien dire sur la proportion de femmes.
    En revanche, si on note la proportion d’hommes interrogés vaut 1+x (et donc 1-x le nombre de femmes interrogés), et p la proportion d’hommes ayant déjà regardé un porno, alors on a la relation suivante :
    (1+x)p-0.5 x = 1.28.
    soit, en supposant que 100% des hommes interrogés ont regardé un porno, nous donne x=0.56, c’est a dire une proportion de femmes interrogées valant … -6%. Pas mal, le sondage qui interroge un nombre négatif de personnes …

  10. Adrien

    @chafouin

    "Ce que je veux dire, c’est qu’entre le porno et les FAI, on ne parle pas tout à fait de la même chose."

    Je n’ai jamais dit le contraire, et ce n’était pas le sens de mon commentaire (désolé si je me suis mal exprimé).
    C’est juste que, dans l’absolu, défendre une industrie, même très puissante, en la qualifiant de droit fondamental ou autre, n’est pas choquant en soi. (Je travaille dans l’industrie. Désolé, déformation professionnelle ;-) ). Cf la distribution d’électricité, d’eau, et maintenant d’internet … Tous ces sujets sont qualifiés de "droits", mais il ne faut pas oublier qu’il y a de grosses industries derrière, qui gagnent de l’argent là dessus… (et il n’y a rien de choquant à ça).

    En revanche, dans le cas particulier du porno, les choses sont différentes, et je suis le premier à le reconnaitre.

  11. @Adrien

    Nous nous sommes compris!;)

  12. Adrien

    @emmanuel M

    oups, j’ai merdé dans mon explication. 1+x est LE DOUBLE de la proportion d’hommes interrogés, et mon calcul de x est alors bon, ce qui veut dire "seulement" -3% de femmes interrogées, soit toujours un nombre négatif

  13. Adrien

    @Emmanuel M

    chuis completement a la masse, moi, aujourd’hui.
    x=0.56 => proportion de femmes interrogées = 0.5*(1-0.56)=0.5*0.44=0.22
    soit votre résultat

    mes plus plates excuses

    (nuances toutes fois : les femmes représentent 22% des INTERROGES, pas de la population. heureusement…)

  14. Mais non puisque j’ai modifié le chiffre de départ, je m’étais trompé! ;) (cf. commentaire précédent)

  15. josépha

    En tout cas, je pense qu’il serait bon pour les gens, et aussi pour les journalistes qui "analysent" les chiffres (ou disons qui livrent les chiffres en rigolant), de prendre conscience que la pornodépendance existe vraiment, que le porno peut être un engrenage, bref qu’il est irresponsable d’en parler comme d’un truc sympa à faire à deux quand on n’a plus de chantilly ou de fouets chez soi. Et hop, un petit lien: http://www.famillechretienne.fr/famille/detresse/sortir-de-la-porno-dependance-12_t5_s13_d53351.html Désolée, je n’ai pas trouvé d’analyse qui ne soit pas confessionnelle… J’espère que vous trouverez ça intéressant!

  16. josépha

    Dsl de monopoliser les commentaires. En relisant l’article suscité, une phrase me frappe: "Auparavant, il fallait le vouloir (= le porno) pour y accéder ; maintenant, il faut le vouloir pour s’en protéger »
    C’est limpide: la société doit faire en sorte que l’accès au porno soit difficile. Il y aurait moyen si on le voulait vraiment, non?

  17. pelmer

    Excellent billet (tout comme le précédent, d’ailleurs, mais bon, à ce rythme, on va pas le dire à chaque fois).
    Sur ce sujet-ci, entièrement d’accord avec Josépha. Entre "ne rien faire" et "prendre en mains l’éducation des enfants", pour l’Etat, il y a une marge ! Même s’il est vrai qu’il ne peut, à lui seul, résoudre le problème (irremplaçable famille).
    En ce qui concerne le rapport "pornographie"/"agressions sexuelles", je signale un fait divers récent dans ma région. Un brave père de famille regarde un film porno avec un "ami". Il en sort assez excité, croise une femme sur le chemin du retour et tente de la violer.
    Aux dires des médias locaux, il s’agissait d’un homme tout-à-fait normal (du moins selon les standards d’aujourd’hui).
    Enfin, j’ajouterais un élément à ton analyse, Chafouin. Il me semble que certains paradoxes de l’enquête peuvent également s’expliquer par la baisse de libido dont souffre notre société hyper-sexualisée, précisément parce qu’elle est hyper-sexualisée.
    Ceci dit, il est clair qu’il y a là aussi, comme tu le soulignes, un banal phénomène de manque de maîtrise de soi. "C’est dégoûtant, mais c’est plus fort que moi".
    Oui, il est terrible, le déficit d’éducation de notre société.

  18. josépha

    Je renchéris sur ce que dit Pelmer: les conseillers conjugaux et autres sexologues sérieux disent que l’apprentissage de la maîtrise de la sexualité et du respect de son partenaire (en faisant le lien entre deux choses aujourd’hui souvent dissociées: amour et sexualité) sont un booster pour le désir… l’exacerbation artificielle de la libido par la course en avant dans des pratiques telles que porno voire échangisme dure un temps. Et quand on a atteint un palier, que fait-on? Je suis sceptique…

  19. Yogi

    "les Français s’imposent de regarder un spectacle qui au plus profond d’eux-mêmes, les dérange, pour le seul motif qu’en même temps, cela dope leur désir !" : donc les gens se forcent à regarder du porno alors que ça les dégoûte, c’est vraiment ce que vous pensez ?

    Et sur un tout autre sujet : http://www.abc-lettres.com/accroc-accro-a-croc/A/homophone.html

  20. On regarde car c’est plus facile de céder à la tentation que de résister.

    Un voleur sait très bien qu’il vole. Et je ne crois pas qu’il se dise que c’est bien de voler.

    Mais le discours officiel sur la liberté sexuelle, qui consiste en gros à dire que rien n’est répréhensible et que tout peut être admis à condition qu’on soit "consentant" (la belle affaire), tend à diminuer la culpabilité de tout un chacun.

    Peut-être qu’à force de voir des choses dégradantes, on finit par trouver ça normal?

    Et pour votre NB : oups!

  21. S1ned

    "est le web gratuit (45%), loin devant Canal +(35%) et les DVD (22%). "
    Si je ne me trompe pas, tu en est déjà à 102 %. C’est déjà beaucoup non? =)

    Etant moi même jeune et ayant accès à l’ordi ( comme en gros tout les jeunes), je suis entièrement d’accord avec josépha sur le fait que c’est difficile de se protéger du porno. Toute les 30 sex euh pardon 30 sec, une fenetre porno s’ouvre, ou alors on voit des filles limite à poil qui tapent sur un clavier avec marqué "Sexy Chat"….

  22. do

    "qui n’est autre qu’une étude de marché, et qu’on veut nous présenter comme un sondage à visée sociologique." :
    je crois que c’est plus avancé que cela! c’est une campagne de pub pure et simple, qui veut lever des barrières en disant: "mais allez-y! tout le monde le fait!" (ce qui à mon avis n’est pas si vrai que ça, sinon, ils tableraient sur un autre registre.)

    “l’âge moyen du premier visionnage reste élevé (24 ans)” et “75% des garçons ont déjà vu un film X un peu avant 10 ans” : c’est possible si c’est 75% des garçons "qui ont 10 ans aujourd’hui"… (75% des garçons qui avaient 10 ans en 1940 n’avaient sûrement jamais vu de film, la moyenne baisserait trop vite!)

    Mais il est encore plus vraisemblable que ce soit faux, juste là pour une campagne de banalisation en vue d’une ouverture de parts de marché.

    Et complètement d’accord avec Josépha! à force de dire qu’on ne peut pas interdire, on ouvre la porte à des trucs de plus en plus invivables (viols dans les écoles, sexualisation prépubère, circulation de la drogue, …mais la liste est trop longue). Or c’est FAUX: on sait très bien interdire! y compris de se stationner devant chez soi: si c’est interdit, il n’y a pas d’états d’âme, votre voiture part en fourrière, et on ne regarde pas si votre "désir" était de monter vos courses avec 3 enfants en bas âge !

    C’est un choix politique, poussé d’une part par l’économique (les campagnes sont payées par des gens pas bien du tout), mais plus inquiétant encore, poussé par des réseaux de pensée actuels, pour lesquels la planète est trop peuplée. La déviation de la sexualité, la sexualisation précoce, + instable, ou déviante, des jeunes, et bien d’autres choses, ont été préconisées aux U.S. comme des facteurs de dénatalité plus économiques que le développement et l’éducation!
    ça explique aussi la levée de boucliers contre les propos du Pape en Afrique (mais le Pape est très bien informé des objectifs de ces réseaux), car la famille est pour ces idéologues le pire des fléaux.

  23. DOC

    Mais pourquoi réduire l’axe de la réflexion à l’impact sur les enfants ? Ne serait-il pas plus simple de reconnaître que certains spectacles sont par nature malsains,quelqu’en soit leur public ? Autoriserions-nous les combats de gladiateurs de l’Antiquité ? Ou même d’animaux ? Bien sûr que non ….

  24. Adrien

    @chafouin

    "Un voleur sait très bien qu’il vole. Et je ne crois pas qu’il se dise que c’est bien de voler."

    Beaucoup ne se disent probablement pas que c’est mal non plus, si vous voulez mon avis. Je pense pour que pour un certain nombre de gens qui pratiquent, c’est juste "normal", une chose qui se fait, et sur laquelle il n’y a pas de jugement de valeur a émettre.
    Et il en est probablement de même pour le porno, pour un certain nombre de gens : ce n’est pas "bien" ou "mal". C’est juste quelquechose que les gens font.

    @do
    "C’est un choix politique(…) poussé par des réseaux de pensée actuels, pour lesquels la planète est trop peuplée."

    => Rasoir d’Hanlon : "Ne jamais attribuer à la malignité ce que la stupidité suffit à expliquer."
    Faut arrêter un peu avec les théories du complot. Tant que vous y êtes, l’OMS a lâché le virus de la grippe H1N1 pour distribuer des vaccins stérilisants après … Tant qu’on y est, hein …

  25. @Adrien

    "Et il en est probablement de même pour le porno, pour un certain nombre de gens : ce n’est pas “bien” ou “mal”. C’est juste quelquechose que les gens font. "

    Et donc pourquoi en ont-ils honte? Pourquoi sont-ils 2% seulemetn à trouver ce spectacle "sain"? Pourquoi sont-ils 59% à le trouver dégradant ou ridicule?

    "Tant que vous y êtes, l’OMS a lâché le virus de la grippe H1N1 pour distribuer des vaccins stérilisants après …"

    C’est en effet une thoérie qui circule sur internet ;)

    @S1ned

    Bel exemple : en effet, on est sollicité toute la journée. Pour ne pas craquer, il faut être fort.

    @doc

    Peut-être parce que c’est ce qui peut amener le plus grand nombre à réfléchir! Mais en effet, ce n’est pas "bon" pour les adultes et "mauvais pour les enfants"… Mais en limitant pour les enfants, on limite aussi pour les adultes. c’est d’ailleurs bien pour ça que l’Etat ne fait rien.

    @Do

    je suis assez d’accord avec le début de votre commentaire (coup de pub pour dédramatiser, désinhiber les gens), autant la suite me paraît rocambolesque. Je ne crois pas aux grands méchants qui dans un salon, s’entendent pour organiser la déchéance du monde.

  26. Adrien

    @chafouin

    "C’est en effet une thoérie qui circule sur internet ;)"

    C’est pour ça que j’ai pris celle là en exemple ;)

    "Et donc pourquoi en ont-ils honte? Pourquoi sont-ils 2% seulemetn à trouver ce spectacle “sain”? Pourquoi sont-ils 59% à le trouver dégradant ou ridicule?"

    Attendez … on parle 21% et de 59% DES INTERROGES. Or, vous dites "ils sont 29% des hommes (contre 5% des femmes) à regarder un film X au moins une fois par mois.". Voyez, on retombe sur nos pieds : le nombre de personnes regardant régulièrement du porno est inférieur au nombre de personnes qui ne trouvent pas le porno malsain (ce qui est différent de le trouver sain : on retombe sur ce que je disais, il est probable que ces gens qui ne le trouvent pas malsain ne le trouvent pas "sain" non plus, mais plutôt qu’il n’émettent pas de jugement de valeur).

    Il est facile de s’embrouiller, avant tant de chiffres. Je ne défend pas les amateurs du genre, mais il ne faut pas non plus faire dire n’importe quoi aux chiffres.

  27. @Adrien

    Attends! Regarder "au moins uen fois par mois", déjà, ça peut aussi vouloir dire tous les jours. Regarder uen fois de temps en temps, c’est être aussi consommateur. Ensuite, 59% des gens interrogés qui disent qu’ils trouvent ça "dégradant" (c’est autre chose que de ne pas cocher la case" c’est sain") je trouve ça énorme, par rapport aux autres chiffres donnés, qui donnent le sentiment qu’en gros, tout le monde aime le porno.

    Eh bien oui, il y a énormément de gens qui regardent, beaucoup qui en font un outil de sexualité, mais la plupart ne sont pas dupes sur ce que c’est. Je ne dis pas autre chose ;)

  28. Adrien

    @chafouin

    Je conçois bien. Mais il demeure que les nombres annoncés restent cohérent : ceux qui regardent avec une certaine régularité sont en nombre plus faible que ceux qui ne trouve pas cela dégradant. Considérer que même ceux qui regardent trouve ça dégradant relève de la mauvaise foi.

    Alors certes, presque tout le monde a déjà vu un porno. Mais d’un autre côté, c’est difficile de trouver ça "dégradant", "ridicule", ou même de considérer qu’il ne s’agit pas de pratiques normales, quand on n’en a jamais vu !

    On ne peut parler que de ce qu’on connait. Et l’honnêteté intellectuelle voudrait que ceux qui n’ont jamais vu de porno ne trouvent pas ça ridicule, et qu’ils soient "sans opinion" pour cette question…

  29. do

    "Je ne crois pas aux grands méchants qui dans un salon, s’entendent pour organiser la déchéance du monde."

    Je crois plutôt en d’autres personnes, mais je pense qu’il y a des lobbies qui savent très bien auprès de quelles instances agir pour obtenir des résultats, et que ces résultats sont tout sauf le bien commun (demandez aux gabonais ce qu’ils en pensent en ce moment).
    Et les mouvements écologiques sont très puissants auprès de l’ONU qui, aux sommets de Rio et de Pékin a intégré des résolutions préoccupantes.

    cf : Le terrorisme à visage humain (I)
    http://www.zenit.org/article-15168?l=french

  30. Excellent billet au passage.

    Tu m’en as inspiré un autre. ;)

  31. Pingback: Sarkostzine : Sarkostique : Actualité politique du président Nicolas Sarkozy et de son gouvernement. Média citoyen : points de vue, humeurs, humanisme et solidarité citoyenne. Actualité des partis gouvenrementaux.

  32. Pingback: Non, la pornographie n’est pas un droit « Pensées d'outre-politique

  33. Bonjour,

    Je me présente, je suis AFREG, le webmaster du http://www.pornodependance.com

    Mon site traite de la dépendance à la pornographie. En effet, une surconsommation de pornographie n’est pas sans séquelles. Elle entraîne une véritable addiction, et modifie la perception psychologique qu’ont les dépendants du sexe. La pornographie présente également une sexualité violente et phallocratique, niant la dimension affective du sexe. Elle s’étend aujourd’hui à travers notre société (dans le cinéma, la musique, la publicité, les magasines…), si bien que personne, pas même nos enfants, ne peut y échapper. Mon site propose un forum où les dépendants et leurs proches peuvent venir s’exprimer librement et s’entraider. Le tout est évidemment entièrement bénévole et gratuit.

    Merci ! AFREG.

  34. ghl

    "on a pas à juger". On a jamais à juger l’adulte de ses choix, voilà pourquoi la société est dans un tel état. La plus grande erreur de nos sociétés est celle de dire qu’un adulte ne peut être jugé sur ses choix. C’est juste complètement faux et un moyen de justifier la mauvaise foi et l’incivisme d’une bonne partie de la population française.

  35. azerty

    Moi g 15ans pas de père et une éducation pudique et pas beaucoup axès a internet et pourtant g commencer a regardé avant 10ans avec une des rare fois ou jallais sur l’ordi mais sur un site de jeux pour enfant il y avais un lien direct. Maintenant on peut dire que jessais de plus regardé ça cas jusqu’ici g pris le porno pour réalité.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s